Note pour les parents

Les ouvrages de la serie replacent l'education islamique dans Ie cadre de la vie familiale.

L'enseignement familial, fait d'amour et d'echanges, n'a pas l'aspect systematique et sec de celui inculque dans les manuels. Au gre des circonstances variees de la vie quotidienne, l'enfant re90it cet enseignement par petites touches spontanees et vivantes qui trouvent naturellement acces a sa sensibilite profonde.

En compagnie d'Amine, d'Amina et de leurs parents, vos enfants ne s'ennuieront jamais. Grace a eux, ils apprendront, de livre en livre, ce qu'un enfant doit savoir sur la confiance en Dieu, l'exemple du Prophete, l'amour des parents, la pratique de l'islam et Ie bon comportement. Ils iront ensemble chez Grand-pere et Grand-mere, qui habitent a la campagne et qui savent si bien parler aux enfants, leur faire decouvrir les grandes et petites merveilles de la vie, leur raconter des souvenirs etonnants et des histoires vraies.

Ces livres, destines aux enfants de 6 a 12 ans, offrent egalement un support de qualite aux aines qui, bien souvent, participent avec merite a l'education et a la sauvegarde de leurs jeunes freres et sreurs.

Yacoub Roty

Editions Maison d'Ennour

sont a l'ecole. Comme d'habitude, Maman est venue les chercher a la sortie. En les attendant, elle parle avec la mere de Nabil, qui est un camarade de classe d'Amine. Nabil aussi apprend a faire la priere.

-Vous savez, dit la mere de Nabil, j'ai des difficultes pour bien expliquer la salat 1 a mon fils. Je lui ai appris al-hamdou 2, et il recite tres bien, ma cha Allah ! 11 commence aussi a faire la salat avec moL Mais, quand i1 me pose des questions, souvent je ne sais pas comment lui repondre.

Je vous comprends, ce n'est pas toujours facile, dit Maman.

-Depuis que je n'ai plus mon mari, j'ai trop de travail, je n'arrive pas a tout faire. J'ai l'impression d'etre une mauvaise mere.

-Mais non, dit Maman, pas du tout, vous avez au contraire beaucoup de merite. Qu'Allah vous aide et vous recompense! Si vous voulez, quand Nabil est en conge, i1 peut venir nous voir; nous n'habitons pas loin de chez vous. Je ferai un petit gouter pour les enfants puis nous etudierons la priere ensemble.

ce moL

-Barakalklhou fik ! 3 C'est tres gentil ! Je vous remercie de tout mon creur, mais je n'ose pas accepter car vous avez deja beaucoup de travail avec Amine et Amina.

-Apprendre la meme chose a deux enfants ou a trois, ce n'est pas plus difficile. Et cela sera peut-etre me me plus facile pour eux. C'est un devoir de s'aider et c'est un plaisir pour moi de Ie faire. C'est vous qui etes la grace d'Allah pour votre fils, car vous ne renoncez pas a l'eduquer malgre les difficultes que vous rencontrez. II y a malheureusement aujourd'hui des parents qui n'ont pas cette volonte et ce courage.

Vous savez, ce qui me fait peur pour Nabil, c'est de voir beaucoup d'enfants qui tournent mal dans notre cite. J'avais un petit voisin qui etait gentiL A cause du mauvais exemple de certains de ses copains, il a maintenant completement change et sa maman est desesperee. Alors, la nuit, souvent je pleure. Je demande a Allah de m'aider, de proteger mon petit. C'est pourquoi je me depeche de lui apprendre a prier.

-Alors, c'est d'accord pour mercredi ? dit Maman.

-Qui, avec plaisir 1 Je ne peux pas refuser. Et je preparerai des gateaux pour Ie gouter ; comme 9a moi aussi je ferai quelque chose pour vos enfants.

La sonnerie retentit dans la cour de l'ecole. Un instant apres, comme une volee de moineaux, les ecoliers franchissent la grille et s'eparpillent dans toutes les directions. Nabil et Amine arrivent ensemble en discutant avec animation, tandis qu'Amina court derriere eux pour les rejoindre.

-Oui ! Super ! s'ecrient Amine et Amina lorsque Maman leur dit que Nabil viendra a la maison pour apprendre les prieres avec eux.

-Merci madame, dit Nabil, je suis tres content car je m'entends bien avec Amine. -Tu es Ie bienvenu, dit Maman. Amine nous parle souvent de toi. II parait que tu as de tres bonnes notes.

-Tu sais, Maman, dit Amine, Nabil m'a encore battu ce mois-ci. II a eu 8,6 de moyenne et moi 8,1. Mais, de mois en mois, je lui grignote son avance. J'etais en train de parier avec lui que j'arriverai peut-etre a Ie coiffer au poteau avant la fin de l'annee.

-Qu'est-ce que 9a veut dire : Ie coiffer au poteau ? demande Amina.

On dit 9a dans les courses de chevaux quand un cheval rattrape son concurrent juste avant Ie poteau d'arrivee, repond Amine.

Oui, mais la lutte va etre chaude entre nous car je n'ai pas l'intention de me laisser faire, dit Nabil.

-C'est tres bien, dit Maman, rivalisez entre vous, ainsi vous vous entrainez et vous faites tous les deux des progres.

-La maitresse nous a dit la meme chose, dit Amine.

-Allez les champions et que Ie meilleur gagne ! dit Maman. De toute fa90n, si vous continuez ainsi, vous serez tous les deux gagnants.

-Ne t'en fais pas Amine, dit Amina, on va te donner des vitamines pour rattraper N abil.

-Attention, je reclamerai un controle antidopage, s'ecrie Nabil, en eclatant de rire.

Les deux mamans se regardent en riant et se quittent en s'embrassant.

Qu'est-ce que tu as dans la boite que tu caches sous ton bras ? demande Amine a sa sreur.

-Chut ! dit-elle, c'est mon cadeau pour la fete des meres. La maitresse nous a dit de Ie cacher dans notre chambre jusqu'a dimanche.

Moi aussi je vais faire quelque chose pour Maman.

-Nous passerons a la pharmacie, dit Maman, qui ne s'est aperyue de rien. La mere de Julie m'a demande de lui acheter des medicaments.

Elle est malade ? demande Amina.

Non, c'est Julie qui a encore mal a la gorge.

-Pauvre Julie! Elle est souvent malade !

Julie n'a que quatre ans. Elle habite sur Ie meme palier qu'Amina. Toutes deux s'aiment beaucoup et jouent souvent ensemble.

De retour a la maison, Maman donne la de a Amine pour qu'il aille gouter avec sa sreur pendant qu'elle porte les medicaments a la mere de Julie. Amina, sit6t entree dans l'appartement, va vite dans sa chambre et cache Ie cadeau sous son lit.

A ta place je ne Ie cacherais pas la, dit Amine. A tous les coups Maman va passer Ie balai ou l'aspirateur sous Ie lit et elle trouvera ton cadeau !

-Mais ou veux-tu que je Ie cache ? Si je Ie mets dans l'armoire, elle va Ie voir en rangeant notre linge !

-Mets-le plut6t dans ton coffre a jouets, bien cache sous ton petit fourbi. A mon avis, c'est Ie seul endroit tranquille.

-Qui, et encore, pas si sur, car l'autre jour Maman a range mes jouets.

-Cette semaine, tu n'as qu'a veiller a ne pas les laisser trainer, comme 9a Maman ne risque pas de s'en occuper.

-Qui, pas bete du tout!

-Au fait, c'est quoi ton cadeau?

-C'est une petite planche avec deux pinces a linge en bois collees dessus. Elle a un petit trou pour l'accrocher au mur. Comme 9a Maman peut coincer un papier sur lequel elle inscrit les courses qu'elle doit faire. Et, sur Ie cote, il y a un crayon attache a un fil.

-Quais! Drolement pratique!

-Et toi, c'est quoi ton cadeau?

-Moi aussi je vais faire un truc utile pour Maman. Je prendrai une bouteille en plastique, je ferai une petite fente en bas pour rentrer une pile electrique et, en haut du goulot, avec de la pate a modeler, je fixerai une petite ampoule de lampe de poche. Bien sur, il y aura des fils electriques qui relieront tout 9a, dont deux qu'il suffira de mettre en contact pour qu'aussitot

l'ampoule s'allume. Apres je peindrai la bouteille en rose et 9a fera une belle lampe pour mettre pres du lit de Maman. Comme 9a, la nuit, si elle veut allumer pour se lever, pas de probleme. Tu crois que 9a va lui faire plaisir?

Surement ! Maman aime tout ce qui est pratique. Mais Papa va etre un peu jaloux ! -C'est prevu ! Je compte en faire une autre pour lui pour la fete des peres. -Tu la peindras d'une autre couleur pour que Papa et Maman ne se trompent pas. Evidemment !

Maman sonne a la porte Elle dit que Julie n'est pas tres malade et que Ie sirop qu'elle vient de lui acheter devrait rapidement calmer son mal de gorge.

Mais ! Vous n'avez pas encore goute ? dit-elle, en entrant dans la cuisine. -On allait s'y mettre, repond Amine.

<;a m'etonne de toi ! D'ordinaire tu te precipites sur Ie refrigerateur des que tu rentres ! Tu te sens bien au moins ? Tu n'es pas malade, toi aussi ?

-Mais non, Maman, j'ai meme dr6lement faim. C'est parce qu'on discutait de choses importantes.

Et... est-ce que je peux savoir ? demande Maman.

Ah non, pas possible, c'est une surprise! s'ecrie Amina.

-Dans ce cas, excusez-moi, mes enfants.

-Apres avoir goute, est-ce que je pourrai aller voir Julie un petit coup? demande Amina.

Bien sur, elIe sera contente de te voir. Evite tout de meme de l'embrasser ces jours-ci pour ne pas risquer d'attraper sa grippe.

Papa est rentre du travail. Il s'etonne de ne pas voir Amina. Maman lui explique qu'elle est allee rendre une petite visite a Julie qui est un peu malade. Puis Maman Ie met au courant de sa conversation avec la mere de Nabil.

-Elle m'a emue, dit-elle. Elle fait tout ce qu'elle peut pour donner une bonne education a son fils. Elle a toutefois des difficultes pour lui expliquer tous les details de la priere. Alors j'ai invite Nabil a venir mercredi apres-midi pour que l'on voie cela ensemble.

-Tu as bien fait. A propos, j'ai dit aux enfants que j'allais revoir la Fatiha avec eux. Peut-etre preferes-tu voir cela toi-meme quand Nabil sera la ?

-Non, c'est bien, d'ailleurs sa maman m'a dit qu'illa savait par cceur. Je vais d'abord faire Ie point avec eux en revoyant toutes les positions de la priere. La fois suivante je leur expliquerai ces positions en detail.

-Les dessins que tu avais faits pour l'ablution ont permis a Amina d'apprendre facilement. Tu pourrais peut-etre te servir du tableau pour expliquer clairement les positions de la priere ?

Qui, c'est une bonne idee, et je donnerai a chacun d'eux un papier pour qu'ils fassent l'effort de recopier et qu'ils puissent ensuite reviser.

On sonne a la porte. C'est Amina qui revient de chez Julie. Elle a plein de choses a raconter.

-On a joue a l'infirmiere, dit-elle, et j'ai fait une piqure a Julie pour la vacciner contre Ie mal de gorge. Alors Julie a crie tres fort et sa maman est tout de suite arrivee en courant.

-Mais avec quoi lui as-tu fait une piqure ? demande Maman, inquiete. -C'etait pour rire, Maman, ce n'etait pas une vraie piqure ! On a fait 9a avec Ie petit biberon de sa poupee. -Et pourquoi la pauvre petite Julie a-t-elle crie ? ajoute Maman.

-On a dit que c'etait une vraie piqure ; alors Julie a fait semblant d'avoir peur de la piqure et elle a crie tres fort, pour rire.

-Et sa maman, elle a peut-etre fait semblant de courir et d'etre inquiete ? dit Papa.

-Ben non ! Mais apres elle a vu que c'etait pour rire et qu'on n'avait rien fait de mal, dit Amina, un peu ennuyee.

Maman sort aussit6t pour aller voir la mere de Julie et s'excuser aupres d'elle de ce petit incident.

-Mais non, ce n'est rien, Amina a ete charmante, dit la mere de Julie. C'est moi qui n'avais pas compris que Julie faisait semblant de pleurer. C'est vraiment une comedienne. Ce n'est pas la premiere fois que je m'y laisse prendre.

-Et Amina, donc ! dit Maman en riant. Avec elles deux nous ne risquons pas de nous ennuyer.

Vous savez, votre fille est delicieuse. Tout a l'heure elle m'a beaucoup touchee. Elle a en effet recite une priere et m'a dit qU'elle avait demande a Allah de guerir

Julie. J'en ai eu les larmes aux yeux. Bien sur je ne lui ai pas dit qu'Allah est Ie dieu des musulmans et non pas celui des chretiens.

-Mais si, voyons ! En arabe, Allah veut dire Dieu. Le Coran affirme qu'il n'y a qu'un seul dieu, et qu'il est Ie dieu des juifs, des chretiens et des musulmans. Dieu est votre dieu et Ie notre. II est Unique!

-C'est beau ce que vous me dites lao Je ne pensais pas que nous parlerions de cette question ensemble. Je vous remercie de votre confiance et de ce que vous m'avez dit. Vous voyez, c'est grace a Amina. Elle est si sincere et si naturelle ! Remerciez-la encore pour sa gentille visite et pour l'occasion qU'elle nous a donnee de nous parler ainsi.

Maman revient de chez Julie et trouve Amina qui l'attendait avec inquietude.

-Qu'est-ce qU'elle t'a dit, la maman de Julie ? demande Amina. Tu as vu, elle n'est pas fachee contre moi, je n'ai rien fait de mal.

-Mais non, bien au contraire ! repond Maman en l'embrassant. Elle m'a dit de beaucoup te remercier pour ta gentille visite et pour la priere que tu as faite.

-Tu sais, j'ai recite la Fatiha et apres j'ai demande a Allah de guerir Julie. C'est Papa qui m'a dit qu'on pouvait faire comme c;a quand on veut demander quelque chose a Allah.

* * * * *
* * * * * * * *
* * * * *
* * * * * * *
View Site in Mobile | Classic
Share by: