Mohamed Jamil Zeino

Professeur a Dar Al Hadith a La Mecque

LES PILIERS
DE L'ISLAM ET DE LA FOI

et tout ce que Ie Musulman doit connaftre de sa religion

Traduction :
Mohammed AI-Maghrebi

Presentation

A I'occasion de la presence du comite mondial des jeunes Musulmans a Djeddah -qu'Allah leur accorde beaucoup de succes-, on m'a sollicite de produire un livre qui sert de guide pratique pour Ie monde musulman, surtout pour ceux qui vivent en Afrique, continent qui subit en permanence les attaques des ennemis de l'Islam pour les faire sortir de la religion musulmane. Ce comite a par ailleurs promis d'ooiter ce livre en differentes traductions et a demande qu'il englobe les sujets suivants: la purification, la priere, l'aumone legale, Ie jefine, Ie pelerinage et la 'umra, des conseils d'orientation, la profession de foi, la tradition propbetique, ainsi que d'autres themes importants.

J'ai en effet choisi un livre que j'ai deja ecrit " les piliers de l'Islam et de la Foi ", puisqu' il comporte des themes importants et utiles, auxquels j'ai ajoute ce qui est en rapport avec les actes d'adoration notamment la purification, la priere, Ie mariage, Ie voile -hijab-, les transactions, l'usure, la regIe des objets trouves, des Hadiths, ainsi que des conseils d'orientation et d'autres sujets importants dont ont besoin tout Musulman et toute Musulmane.

J'implore Allah qu'll en fasse beneficier les Musulmans et que cette reuvre ne soit consacree qu'a Son noble Visage.

L'auteur : Mohamed Jamil Zeino Enseignant It Dar al Hadith al kbayriyya it La Mecque

Transcription des lettres arabes

I ). , ~ d ~ d .!3 k
Y b ~-dh ,1, -! J-l
4::J t J-r ],-z ~ m
I!J th j-Z t- , ~-n
r -j I.f s t -gh l h
e n ~-sh J-f J-W
t -kh '-'" ~ (j-q ~-y

Nons rendons Ies voyelles Iongnes \ et 4.S par a, J par ft, ~ pari.

Nons ne transcrivons pas Ie a sanf a Ia fin des mots en etat d'annexion on apres a ; nons Ie rempIac;;ons alors par t.

4

L'unicite
et les causes d'annulations
de l'Islam et de la Foi

Les piliers de I'Islam

L'Envoye d'Allah a dit : Vlslam est bati sur cinq fondements :

1-La profession de foi: II n'y a de divinite digne d'etre adoree sauf Allah, et que Muhammad est I'Envoye d' Allah. (Cette profession de foi signifie que nul n'est en droit d'etre adore qu'Allah et que nous devons obeir a Mubammad dans tout ce qu'il transmet d'Allah).

2- La priere (Accomplir correctement ses piliers et ses obligations en temoignant d'humilite).

3- La zaklit (C'est une obligation pour tout Musulman qui possede quatre vingt dnq grammes d'or ou l'equivalent en monnaie pendant une annee. On preleve 2,5 % sur la somme. En dehors de la monnaie, chaque produit imposable a son propre taux de prelevement).

4- Le peIerinage. (ll est prescrit une fois dans la vie pour celui qui en ales moyens).

5- Le jefine du mois de ramadan. (II consiste a renoncer, par piete, a boire, au manger, aux relations sexuelles et a tout ce qui est susceptible de rompre Ie jefine, depuis l'apparition de l'aube jusqu'au coucher du soleil).l

Les piliers de la foi

1-Croire en Allah. (Ceia consiste a croire en Son existence, en Ses attributs et qu'll est Ie Seul a meriter qu'on L'adore.

Hamth unanimement accorde (ce qui signifie que c'est un Hadith rapporte par a1 Bukhari et Muslim selon un meme compagnon).

2-Croire en Ses anges. (Ce sont des etre crees de lumiere, leur mission est d'executer les ordres d' Allah).

3-Croire en Ses Livres. (La Tora, l'Evangile, Ies Psaumes et Ie Coran qui est Ie meilleur d'entre eux).

4-Croire aux Envoyes. (Le premier Envoye est Noe. Le demier est Muhammad Ie sceau des Prophetes).

Croire au Jour demier. (Le Jour du jugement et de la retribution).

6- Croire au Decret dans Ie bien ou dans Ie mal.

L'IsIam,Ia Foi et Ie bien-agir

D'apres 'Umar -qu' Allah l'agree-qui a dit: Pendant que nous etions un jour assis chez Ie Prophete j!j, apparut soudain parmi nous une personne portant des habits tout blancs, ayant des cheveux tres noirs ; aucune trace d'un long voyage ne paraissait sur lui et aucun parmi nous ne Ie connaissait. II s'avan9a et s'assit pres du Prophete II appuya ses genoux contre les siens, posa les paumes de ses deux mains sur ses cuisses et dit :

-6 Muhammad, informe-moi sur I'Islam.

L'IsIam, dit Ie Prophete j!j, c'est que tu temoignes qu'il n'est pas digne d'adoration sauf Allah et que Muhammad est l'Envoye d' AI· lah, que tu celebres la priere -Salat-, que tu donnes la ZIlkat, que tu jefines Ie mois de Ramadan et que tu fasses Ie pelerinage de la Mai· son si tu en as la possibilite.

L'etranger : To as dit la verite.

Nous nous sommes alors etonnes de cette situation: II Ie questionnait puis ill'approuvait.

-L'etranger: Informe-moi sur la Foi -!man-.

La Foi, dit-il, c'est que tu croies en Allah, en Ses Anges, en Ses

8

Livres, en Ses Envoyes, au Jour dernier, et que tu croies dans Ie Decret -qadar-, qu'il s'agisse dans Ie bien ou Ie mal.

-L'etranger: Tn as dit la verite, dit-il.

-L'etranger: Informe-moi sur Ie bien-agir, ajouta-t-il. -Que tu adores Allah comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te vois. Lui repondit Ie Prophete~.

-L'etranger: Informe-moi sur l'Heure (de la Fin des temps). -Celui qui est interroge n'en sait pas plus sur elle que celui qui

l'interroge, lui repondit-il.

-L'etranger: Informe-moi sur ses signes precurseurs.

-Quand la femme donnera naissance a sa propre maitresse, et quand tu verras les va-nu-pieds, les deguenilles et les gueux, gardiens de betes, se montrer et rivaliser dans l'elevation des constructions.

Puis l'homme s'en alIa. Je restai un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l'Envoye d' Allah ~ me dit : -Sais-tu qui etait Ie questionneur ? -Allah et Son Envoye Ie savent mieux que moi, lui dis-je. -C'est l'Ange Gabriel. 11 est venu vous apprendre votre religion. 2

II n'est de divinite digne d'adoration sauf Allah. (Nul n'est en droit d'etre adore qu'Allah)

Cette formule signifie qu'il faut nier la divinite de tout etre en dehors d'Allah pour ne l'affirmer qu'a Lui seul.

1-Le Tres-Haut a dit: «Sache done qu'en verite, it n'y a point de divinite a part Allah». 3

2-Le Prophete ~ a dit : " Celui qui dit : "11 n'y a point de divini

2 Hadith authentique, rapporte par Muslim.
3 Coran, XLVII, 19.
9

te sauf Allah II en faisant preuve de consecration, sera admis au Paradis. ,,4 Celui qui fait preuve de consecration est en realite celui qui a compris Ie vrai sens de cette formule, l'a mise en pratique et a appele les gens a el1e avant toute autre chose, en e1le en effet reside l'unicite de l'adoration -tawlJJd- pour laquelle Allah a cree les djinns et les humains.

3- L'Envoye d'Allah a dit a son onele AbU IaIib quand la mort l'approchait: " Onele, dis: "ll n'y a point de divinite a part Allah", aOn que par ces mots je puisse temoigner en ta faveur aupres d'Allah", mais il refusait de Ie dire. 5

4- Durant les treize annees que l'Envoye d'Allah a passe a La Mecque, i1 n'a cesse d'appeler les associateurs a dire: " II n'y a point de divinite a part Allah ". Leur seule reponse, comme Ie relate Ie Coran, est ceci: «lis s'etonnent que soit venue leur donner I'alarme l'un des leurs; les inOdeles disent : " C'est un sorcier, un imposteur. Reduira-t-illes dieux a un Seul Allah? absurdite, vraiment !". Et leurs notables partirent en disant: "Allons-nous-en ! Soyons patients pour nos dieux: c'est lit vraiment une chose premeditee (contre vos dieux). Nous n'avions rien entendu de tel, ffit-ce de la derniere confession: c'est pure elucubration" »6. En fait, les Arabes de cette epoque-la ont bien compris Ie sens de cette formule. lIs savaient bien, en effet, que celui qui la prononce ne saurait invoquer quelqu'un en dehors d'Allah. C'est pour cela qu'ils l'ont rejetee et se sont abstenus de la prononcer. Le Tres-Haut a dit : «Eux, quand on leur disait : " II n'est de dieu sinon Allah", recouraient a I'orgueil, disant: "Quoi ! Nous abandonnerions nos dieux pour un poete insense ? " Oh que non ! C'est un porteur de la verite et il averait les Envoyes» 7. Le PropMte ~ a dit : " Celui qui dit: "II n'y a point de divinite a part Allah", qui renie tout ce qu'on adore en dehors d' Allah, ses biens et son sang deviennent alors sacres et c'est a Allah qu'i1 incomhe de juger ,,8. Ce Hadith signifie que de la prononciation de cette formule s'ensuit qu'on renie et qu'on dcsapprouve toute adoration adressce a quelqu'un ou quelque chose en dehors d' Allah, a l'instar de l'invocation des morts et des choses de ce genre. Le plus ctonnant est que certains Musulmans la disent de leur langue mais contredisent son sens par leurs agissements et leurs invocations adressces a autre qu'Allah.

4 Hadlth authentique, rapporte par ill Bazzar, qualifie d'authentique par ill Alban! dans' s.abJIl
* al jamf'
5 Hadith authentique, rapporte par al Bukhful' et Muslim.
6 Coran, xxxvm, 4-7.
7 Coran, XXXVII, 35-37.
8 Hadith authentique, rapporte par Muslim.
* 10

5-La formule " it n'y a point de divinite a part Allah" est Ie fondement de la doctrine de l'unicite et de l'Islam. En elle reside un mode de vie complet. On ne peut donner realite -tallqiq- a cette parole qu'en consacrant toutes les sortes d'adoration a Allah, ainsi Ie Musulman se soumet a Allah, n'invoque que Lui et ne s'en remet qu'a Sa legislation -shar'

6-Ibn Rajab a dit : Allah -iliih- est Celui auquel on oMit sans jamais Lui desobCir, par crainte envers Lui et veneration, de meme par amour, peur et espoir, tout en s'en remettant a Lui, en L'implorant et en L'invoquant. Tout cela en effet ne doit etre adresse qu'a Lui -Puissant et Majestueux-. Or celui qui associe quelqu'un a Allah dans l'une des caracteristiques qui Lui sont propres, c'est qu'j} a porte atteinte a sa consecration Quant a sa proclamation de l'unicite: "II n'y a point de divinite a part Allah".

7- Le Prophete a dit: "Faites dire avos mourants: "II n'y a point de divinite a part Allah" . Celui dont les dernieres paroles sont : "II n'y a point de divinite a part Allah" entrera au Paradis un jour de son existence quoiqu'il puisse subir auparavant "9. Cela ne signifie pas qu'on doh evoquer la formule de l'unicite aupres du mourant, mais on doit lui ordonner de la prononcer, contrairement a ce que pensent certains. On peut avancer comme preuve Ie Hadith rapporte par Anas ibn Malik suivant: L'Envoye d'Allah ~ s'est rendu chez un homme parmi les an§,.iir (les Medinois qui avaient soutenu les emigrants venus de la Mecque). Pendant qu'it agonisait, illui dit :

-Onele maternel, dis : " II n 'y a point de divinite it part Allah".

Hadlth authentique, rapporte par Ibn Hibblin dans son :i.alllll, qualifi6 d'authentique par al Albani dans son ouvrage ':i.allfll al jami"

-Suis-je onele matemel ou onele patemel ? demanda-t-il.

-10 es mon onele maternel, lui repondit Ie Prophete •.

-N'est-ce pas qu'il vaut mieux pour moi de dire: " II n'y a point de divinite a part Allah" ?

-Certes, lui repondit-il. 10,11

8-Ces paroles: " II n'y a point de divinire a part Allah" profitent a celui qui les dit a condition qu'il mette en pratique son sens dans sa vie et ne l'invalide pas par un acte d'associationnisme -shirk-, comme l'invocation des morts ou des vivants qui sont loin de soi. On peut assimiler cette formule aux ablutions; elles sont frappees de nullite des qu'on fait des mictions, qu'on degage un gaz au qu'on dorme, etc. Le Prophete ~ a dit : " Celui qui dit : "II n'est de dieu qu' Allah" ,cette parole Ie sauvera un jour de son existence quoiqu'il puisse subir avant" 12.

Muhammad l'Envoye d'Allah

Dire ceia consiste a dire qu'il est envoye par Allah, ainsi on prendra tout ce dont il a informe pour veridique, on se soumettra a ses ordres et instructions, on evitera ce qu'il a interdit et on n'adorera Allah que suivant ses preceptes et lois.

Dans son ouvrage 'La prophetie', Abu-I-Hasan an-Nadwl a dit: La premiere mission des Prophetes -paix d' Allah sur eux-et leur but principal, quels que soient I'epoque et Ie mode de vie des gens, etait de corriger la doctrine qui conceme Allah Ie Tres-Haut et Ie lien entre Ie serviteur et son Seigneur, d'appeler les gens a vouer a Allah la religion fon

10 Hadlth authentique, rapport6 par Ahmad (3/152) avec une bonne chaine de rapporteurs. Voir

'Les regles des funerailles' du Shaykh a1 Alballi (P. 11). 11 L'inculcation de la profession de foi doit etre avant que Ja personne ne rende l'ame et non

apres, Ie Prophete PSL a en effet a dit: "Celui dont les dernieres paroles sont: "II n'est

de dieu sinon AUah" entrera au Paradis ... ". Or Ie mort ne peut ni parler ni entendre. n

ne faut donc pas tenir compte de ce que les gens font d'habitude.

12 Hadith authentique, rapporte par al Bayhaqt qualifie d'authentique par a1 Albll.ni dans 'silsilatu-l-allildfth as-~ab.tlJfi' (nO 1932).

12

ciere et a consacrer l'adoration a Lui, qu'll est Ie seul capable de leur faire du bien ou de leur nuire, Ie seul qui merite qu'on Lui adresse les actes d'adoration, I 'invocation , la demande du refuge, les rites. Leur combat convergeait vers la forme d'idolatrie de leur epoque qui se manifestait de fa~on claire par l'adoration des idoles, des statues, des gens vertueux -morts ou vivants-qu'ils sanctifiaient.

2-Voila notre Prophete qui est I 'Envoye d' Allah et pourtant Son Seigneur lui dit : « Dis: " Je ne m'arroge personnellement ni avantage ni dommage, sinon ce qu'Allah voudra. Et si je connaissais l'invisible -ghayb-, j'aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m'aurait touche. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu'un avertisseur et un annonciateur"» 13. Le Prophete ~ a dit: "Ne m'exaltez pas comme les chretiens avaient exalte Ie fils de Marie. Je ne suis qu'un serviteur. Dites [de moil: "Serviteur d'Allah et Son Envoye" ,014. L'exaltation -itra'- c'est l'exageration dans la glorification. En effet on ne doit pas aller jusqu'a invoquer Ie Prophete ~ en dehors d' Allah, comme ont fait les Chretiens vis-a-vis de Jesus fils de Marie, tombant ainsi dans l'associationnisme -shirk-. Notre Prophete nous a en revanche appris a dire: "Muhammad Ie serviteur d'Allah et Son Envoye ". Quant a repeter les eloges a son endroit qui sont citees dans Ie Coran et la Tradition, c'est souhaitable de Ie faire.

3-L'amour de l'Envoye d' Allah ~ se traduit par son obeissance en invoquant Allah seulement en dehors de tout autre, fUt-ce un Envoye ou un ami d' Allah -walf-. L'Envoye d' Allah ~ a dit: "Quand tu veux demander quelque chose, demande-Ia it Allah. Quand tu cherches de l'aide, cherche-Ia aupres d'Allah" 15. D'apres AbU Hurayra -qu'Allah l'agree-rapporte que 9uand quelque chose preoccupait l'Envoye d' Allah~, il disait: "0 Toi Ie Vivant, Ie Subsistant, je cherche secours aupres de Ta misericorde" 16. Comme signe de l'amour since

13 Coran, VII, 188.
14 Hadith authentique, rapporte par al Bukhari.
15 Hadith rapporte par at-Tinnidhi qui a dit sur lui: Hadith assez-bon (dans l'autorite cano

nique) -llasan-. 16 Hadith hasan, rapporte par at-Tirrnidhi, qualifie de llasan par a1 Albiini: voir annotation de

's.allill al kalim al-Iayyib' .

re est que tu aimes la predication de la doctrine de l'unicite -tawllfd- par laquelle Ie Prophete a debute sa mission, et que tu aimes les propagateurs du tawllfd et que tu hai'sses l'associationnisme et ses berauts.

Ou est Allah ?

Allah est au-dessus du del

Mu'awiyya ibn al Hakam as-Sulami -qn'Allah l'agree-rapporte: I'avais nne esclave qui envoyait paitre mon troupeau de moutons dans les environs de la montagne d'Uhud et d'al Jawaniyya. Un jour, j'ai appris qu'une brebis avait ere emportee par Ie loup. Etant un etre humain qui se met en colere comme tous les fils d' Adam,je me suis mis en colere, mais en plus je l'ai frappee violemment sur Ie cou. I'ai consulte dans cela l'Envoye d' Allah qui m'a fait regretter mon acte.

Puis-je l'affranchir (en dedommagement) ? lui dis-je.

rUne fois s'etre presentee devant lui], illui dit :

Amene-Ia-moi, dit Ie Prophete~.

-Oit est Allah ?

-Au-dessus du ciel, repondit-elle.

Qui suis-je ? lui demanda-t-il.

Tu es l'Envoye d' Allah, dit-elle.

[S'adressant a moi] , il me dit :

-Affranchis-Ia, c'est nne croyante 17.

Le~ons tirees de ce Hadith

1-Dans tout probleme, fUt-il mineur ou majeur, les compagnons -qu'Allah les agree-revenaient a l'Envoye d' Allah pour apprendre Ie jugement d'Allah l3.-dessus.

17 Hadith authentique, rapporte par Muslim at Abu DawUd.

14

2- S'en remettre au jugement d'Allah et de Son Envoye, conformement aux paroles divines suivantes : «Non par ton Seigneur ! Ils ne sont pas croyants, tant qu'ils ne te prennent pas pour juge de ce qui fait entre eux confiit, et mieux encore n'acceptent pas ta decision sans la moindre contrariete intime, mais de totale soumission » 18.

3- L'Envoye d'Allah ~ a desapprouve Ie fait que ce compagnon frappe son esclave et lui a montre Ia gravite de son acte.

4- Seulle croyant peut etre affranchi et non Ie mecreant, car l'Envoye d'Allah l'a sournise a l'examen, quand il a su que c'etait une croyante, il a demande de l'affranchir. Si en revanche elle etait mecreante, il n'aurait pas ordonne de Ie faire.

5- L'obligation d'interroger les gens sur les questions qui traitent de l'unicite -tawl1fd-, y cornpris la question de l'elevation d' Allah au dessus de Son Trone, car apprendre cela est une obligation.

6- II est legal de demander ou est Allah cornme Ie prouve ce Hadith.

II est legal de repondre qu'Allah est au-dessus du ciel, car Ie Prophete a approuve la reponse de l'esclave. En plus cette reponse est conforme au verset coranique suivant: « Etes-vous stir que Celui qui est au-dessns du ciel ne va pas vons engloutir par la terre» 19. Ibn 'Abbas a dit : Celui qui est au-dessus du ciel c'est Allah.

8- L'authenticite de la Foi exige Ie fait de temoigner que Muhammad est l'Envoye d'Allah.

9- Croire qu'Allah est au-dessus des cieux est une preuve de l'authenticite de la foi, c'est en effet une obligation pour tout croyant de croire ainsi.

10- Repondre a l' erreur de celui qui soutient qu'Allah est dans tout endroit par Son essence. En verite, II est avec nous par Sa connaissance et non par Son essence.

] 8 Coran. IV, 65. 19 Coran, LXVII, 16.

11- Le fait que l'Envoye d' Allah demande a interroger l'esclave prouve qu'il ne connait pas l'invisible -ghayb- notamment la foi de l'esclave. C'est donc une replique aux soufis qui pretendent Ie contraire.

Croire dans Ie Deeret

II est Ie sixieme pilier de la Foi. Sa signification est la suivante :

Dans son explication de ce pilier dans son ouvrage d'exegese des Quarante Hadiths, l'Imam an-Nawawi a dit :Allah exalte a decrete toute chose dans l'eternite, II sait que chaque chose va se produire a une heure qu'II a fixee et dans des endroits connus de Lui. Elle se produira en effet conformement a Son decret.

La croyance dans Ie Decret -qadar- se presente sous differentes sortes:

1- Le decret relatif a la connaissance : II consiste a croire qu'Allah Ie Tres-Haut connait par Sa connaissance pre-eternelle tout ce que feront les serviteurs en bien ou en mal, actes d'obeissance ou de desobeissance, avant leur creation et leur existence. II sait qui d'entre eux fait partie des gens du Paradis et qui d'entre eux fait partie des gens de l'Enfer. II leur a prepare les recompenses et les chatiments en fonction de leurs actes, avant de les creer et de les concevoir. II a ecrit tout cela et l'a denombre. Desormais, les (ruvres des serviteurs se deroulent conformement a Sa connaissance et a Son ecriture qui leurs sont evidemment anterieures 20 .

2- Le deeret marque dans la Table gardee -ai-law!! al malifUl.- : Ibn Kathlr a cite dans son ouvrage d'exegese les paroles de 'Abd ar-Rahman ibn Salman suivantes: "II n'y a pas des choses qu'Allah a d6cidees: Ie Coran, ee qui lui est anterieur et ee qui lui est posterieur, sans qu'elles ne soient dans la Table gardee "21.

20 Extrait de l'ouvrage 'jami' al 'ulum wa-l-hikam' d'Ibn Rajab al Hanbali, P. 24. 21 OuvTage d'exegese d'Ibn KatlllI (4/497).

16

3- Le decret dans Ie ventre maternel : Dans un Hadith rapporre par Ibn Mas'lid, il y a ceci : " ••• puis on lui envoie I'ange qui insuftle en lui Pame et Pon predetermine pour lui (Ie fretus) quatre choses : sa subsistance, la duree de sa vie, la valeur de son reuvre et sa predestination soit en Enfer, soit au Paradis, heureux ou malheureux "22.

4- Le decret relatif aux temps fixes: C' est Ie fait d'assigner a chaque temps son propre decret. En effet, Allah a cree Ie bien et Ie mal et a decrete leur arrivee au serviteur a des moments fixes 23 .

Les fruits de la croyance dans Ie Decret

1- La satisfaction et la certitude: Le Tres-Haut a dit : « Nul accident ne frappe qu'avec la permission d'Allah »24. Ibn 'Abbas a explique cette permission comme etant Ie Decret -qa4tt' - et sa predestination -qadar-. Le Tres-Haut a dit: «Qui croit en Allah, Allah guide son creur »25. Dans l'exegese de ce verset, Ibn Kathir a dit: Cela signifie que celui qui, ayant subi un accident, comprend que cela vient de Ia decision d'Allah, ainsi il prend son mal en patience, s'en remet a Allah, et se soumet a Sa decision, Allah alors guidera son creur, Ie dCdommagera de ce qu'il a perdu dans ce bas-monde par une guidance dans son creur et par une ferme conviction, il se peut meme qu'II lui rendra ce qui lui a ete pris ou mieux encore, Ibn 'Abbas a dit (a propos de ce verset) : " II guidera son creur vers la certitude -yaqfn-, ainsi il comprendra que ce qui l' a atteint ne saurait Ie rater et ce qui l' a rate ne saurait l' atteindre " . 'Alqama a dit : II s'agit de l'homme qui, ayant subi un accident, sait que cela vient d' Allah.

2- L'absolution des pCchCs : Le Prophete ~ a dit : " II n'est pas une maladie ou une fatigue ou une contamination ou nne peine,jusqu'au souci qui preoccupe Ie croyant, sans qu' Allah ne lui efface it cause de cela ses peches ,,26.

22 Haditb authentique, rapporte par al Bukhfui et Muslim.
23 Extrait de l'ouvrage d'exegese des quarante Hadiths de l'imam an-NawawL
24 Coran, LXN, 11.
25 Coran,LXN,I1.
26 Unanimement accorde. Voir aussi 'jam!' al U§.IW (9/579).

* *
* *
* *
* *
* *
*
* *
* *
* *
* *
* * *
View Site in Mobile | Classic
Share by: