Les rapports mere-enfants

en Islam

Ecrit par:

Oummou Soufyan

:; Traduit de l'arabe par:

Njikum Yahya D.

Introduction

Louange a Allah, Seigneur de l'univers ; que Ia paix et Ies benedictions soient sur Ie meilleur des Messagers, ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons.

Dans Son immense sagesse, Ie Legislateur ne s'est pas contente d'etablir les fondements de l'Islam, d'en de£inir les obligations legales et de proclamer Ses droits sur les creatures, Il a egalement legifere sur les droits des creatures les unes vis-avis des autres, notamment dans Ie domaine des relations sociales.

Conscients du role fondamental que la mere joue au creur de toute societe humaine, nous avons tenu a consacrer ce modeste ouvrage a la question des rapports mere-enfants. Il ne s'agit pas, par ce choix, de minimiser injustement l'importance de la figure paternelle dans l' education, mais de prendre acte de certaines realites :

La religion affirme clairement la preeminence de la mere sur Ie pere :

En temoigne Ie hadith smvant: {( Un homme vint trouver Ie Messager d'Allah (ii) et dit: {( 6 Messager d'Allah, quelle est la personne Ia plus digne de ma bonne compagnie?» II repondit: {( Ta mere. » L 'homme reprit: ({Qui d'autre, ensuite ? » If nfpondit: « Ta mere. » L'homme repita: «Qui d'autre, ensuite II repondit de nouveau: « Ta

mere. ») (( Ensuite ?») demanda l'homme une derniere Jois ; il repondit alors: (( Ton pere. )/. Par ailleurs, Allah a fait l'eloge de la mere en ces termes : (Sa mere l'a peniblement porte et en a peniblement accouche ; et sa gestation et son sevrage durent trente mois) 2

Ii a egalement decrit la profonde tendresse et compassion que la mere a envers son enfant: (Nous te rapportames a ta mere afin que son rell se rejouisse et qu'elle ne s'afflige plus) 3

Le Messager (;I) a souligne a son tour ce trait de caractere : (( Les meilJeures des fimmes qui montent a chameau sont les fimmes qurcryshites: elJes sont les plu.r tendre.r envers les enfants en bas

, 4

age. »)

La place de la mere dans I'education :

La mere est consideree comme la veritable educatrice de ses enfants, car c'est a elle qu'incombe la majeure partie des responsabilites dans ce domaine, tanrus que Ie pere se charge de leur procurer leur subsistance.

La mere est une ecole, .ri tu la prepares
Cest que tu as prepare un peuple de haute naiHance

Cette reussite depend tout d'abord de la personnalite de la mere, de son intelligence et de sa sagesse. L'exemple Ie plus

1 Rapporte par Mouslim (2548). 2 AI-Ahqaf: 15 3 Ta-Ha: 40 4 Rapporte par Al Boukhari et Mouslim dans « Les merites des Compagnons)} (527).

6

eloquent sur ce point nous est donne par les femmes qurayshites dont Ie Messager (~) a fait l'eloge.

Ainsi, un jour, a]ors qu'Hind bintou Outbah, Ia femme de Abu Soufyan marchait en compagnie de son ftls Mouawiya, qui n'etait alors qu'un petit gars:on, celui-ci trebucha et elle lui dit : «Leve-toi, qu'Allah ne t'eleve pas! }} Un bedouin qui observait Ia scene dit: ({ Pourquoi lui dis-tu cela ? Je Ie jure par Allah, je crois bien qu'il dirigera son peuple. » Elle repliqua : « Qu'Allah ne l'eIeve pas s'il ne dirige que son peuple ! )}5.

Ces propos n'avaient pas ete inspires a Ia mere au hasard, bien au contraire, il s'agissait pour elle de preparer son ftis a son futur destin, sans oublier qu'elle etait ftlle et femme de chef. Cette idee est renforcee par d'autres elements: ainsi, elle faisait danser Mouawiya quand il etait tout petit et disait :

Sima presomption estjuste concernant cet etifant
Iigouvernera iesQurqychites de ia meme maniere que l'a
foit mon pere 6

II y a aussi l' exemple de Safiyah bintou Abdul Mouttalib qui frappait severement son ftls -c'est-a-dire Az-Zoubeir, alors qu'il etait orphelin de pere. On lui dit: «Tu vas Ie tuer! Tu vas l'aneantir !» Elle repond: «Je ne Ie frappe que pour qu'il devienne intelligent et dirige l'armee de dzaAiJaiab.» 7

Ces anecdotes ne doivent pas nous faire penser que ces Compagnons femmes usaient exclusivement de severite et de rudesse avec leurs enfants ; au contraire, leur education etait un melange de douceur et de severite, et l' on ne trouvera pas meilleur temoignage en leur faveur que les propos du Messager

5 Siyarou A 'lam in Noubala de Adz-Dzahab131121.
6 Al Jyfile de Ibn Abi Ad-Dounya 2/441.
7 Siyarou A 'lfimin Noubala 2/271.

(:i) lorsqu'il dit: « US meilleures des femmes qyant monte des chameaux sont les femmes qurqyshites; dies sont les plus tendres pour les enfants en bas age et lesplus economes des deniers de leurs mans)) 8.

8 Rapporte par Al Boukhari, « les depenses d'entretien» (5365).

8

Maudire les enfants :

II est deplorable de cons tater aujourd'hui que de nombreuses meres ont pris la tres facheuse habitude de maudire leurs enfants a la moindre occasion. Pour elIes, se repandre en imprecations est une bonne fa~on de defouler de leur colere contre leurs enfants, meilleure en tous cas que la punition corporelle.

Le Messager (~) a evoque ce penchant des femmes pour les imprecations, il a dit en effet : « 0 peuple de ftmmes, faites I'aumone, et implorez beaucoup Ie pardon d'Allah car j'ai vu que vous formiez la mqjorifi des gens de l'Enftr.» Une femme demand a : «Pourquoi sommes-nous la majorite des gens de l'Enfer ? » II dit: «( Vous aimez lancer des maledictions) et vous etes ingrates envers vos epoux. Je n'ai vu aucun etre amoindri en intelligence et en religion plus capable que I'une d'entre vous de faire perdre I'esprit dun homme SenSe» 9.

Or Ie fait de proferer des maledictions est illicite et interdit par la religion. Le Prophete (;i) a dit: « En verite, ceux qui maudissent trop souvent ne serontpas temoins, ni intercesseurs Ie Jour de la Resurrection »10 c'est-a-dire qu'ils ne pourront pas interceder Ie Jour de la Resurrection pendant que les croyants intercederont pour leurs freres qui ont merite Ie feu de l'Enfer. Quant a l'allusion aux temoins, !'interpretation Ia plus juste dit que Ie

9 Rapporte par AI Boukhari, « la zakat» (1466) 10 Rapporte par Mouslim (2598).

J our de la Resurrection, ils ne pourront pas se poser en temoins

contre les peuples infideles et attester que leurs Messagers leur ont bien transmis Ie message divin ll .

11 a egalement dit: « Celui qui maudit Ie croyant est com?tle son meurtrier)}2 Ibn Hajar l'a commente ainsi : lorsqu'il maudit Ie croyant, c'est comme s'i1 invoquait son aneantissement.

Meditez ces deux histoires qui se sont deroulees a l'epoque du Prophete (~), dIes montrent en effet dangers que recele Ia malediction :

Imran ibn Hussein raconte: « Pendant que Ie Messager d' Allah (il) se trouvait sur sa chamelle au cours de I'un de ses voyages, la chamelle d'une femme parmi Ies Auxiliaires (Ansars) eut un mouvement brusque et sa proprietaire la maudit; Ie Prophete entendit cela et dit: « Ricuperez ce qu 'elleporte et abandonnei; la car elle est maudite!)) Imran dit : « C'est comme si je Ia voyais actuellement marcher panni les gens sans que personne ne s'interessat a elle}) 13. An-Nawawi a dit: « L'objectif etait d'interdire que cette chamelle reste en leur compagnie, mais il n'etait pas interdit de la vendre, de l'immoler, ou de s'en servir comme monture lorsqu'on n'etait pas en compagnie du Prophete (~), tout cela etait permis, hormis Ie fait de la prendre comme monture en compagnie du Prophete (~).14))

Jabir rapporte quant a lui: « Nous marchions en compagnie du Prophete au cours de l'expedition de Batnou Bouwat et

11 Awnoul Ma'boud 131253. 12 Rapporte par Al Boukhari (6047). 13 Rapporte par Mouslim (2595). 14 Les Jardins des Vertueux (501).

10

chaque chameau etait monte tour a tour par cinq, six et sept d' entre nous. Alors vint Ie tour d'un homme parmi les Auxiliaires (Ansars) de monter sur un chameau qui lui appartenait. II Ie monta et ensuite Ie chatouilla mais l'animal se mit a trainer et f11lit par s'immobiliser. II s'ecria:» Cha' 15, qu' Allah te maudisse!» Le Messager d' Allah (:i) demand a : « Qui est-ce qui maudit son chameau ? ) II repondit : « C'est moi, 6 Envoye d'Allah (:i) »; il dit: ( Descends et ne nous accompagne pas avec un anima! maudit! )}6

Dans cette histoire, l'on voit bien quelie etait I'importance et l'utilite de ce chameau, etant donne que cinq, six, voire sept personnes Ie montaient a tour de r6le ; l'on etait en plein djihad dans Ie sentier d' Allah et il fallait effectivement des chameaux pour transporter les hommes et Ie materiel de guerre. Malgre tout cela, Ie Prophete (;i) refusa que Ie chameau maudit les accompagnat, a cause d'un seul mot!

Meditez done la gravite de cette parole, et pensez au nombre de fois par jour ou vous lancez des maledictions sur vos enfants, votre maison ou vos objets!

Prenez plut6t exemple sur les bonnes mailleres du Messager

telies que nous les decrit Anas : « Le Messager d'Allah (~) ne faisait usage ill de mots inconvenants, ill de maledictions, ill d'injures »17 Et apprenez de nos pieux predecesseurs leur repulsion marquee pour toute forme de malediction.

15 Ce mot sert a r6primander Ie chameau.
16 Mouslim 18/138.
17 Al Boukhari, livre de 1'6ducation (P44).

Abu Al-Jawza a dit: «Je n'aijamais maudit quelque chose, ill mange une chose maudite et je n'ai jamais cause de prejudice a quelqu'un ».

II offrait a son domestique un, deux ou trois dirhams par mois afm qu'il ne mauclit pas sa nourriture lorsqu'il etait touche par la chaleur du four et les combustibles de la marmite. 18

Salim declare: «Je n'ai jamais vu Ibn Omar (~) maudire un domestique, en dehors d'une seule fois OU il se facha contre l'un d' entre eux et s' ecria : « Que la malediction d' Allah soit sur toi, et qu'il me coute de dire cela ! »19.

Abdullah ibn Mouslim dit au sujet de son pere: «Je ne l'ai jamais entendu maudire quelque chose, et il disait souvent: « S'il m' arrivait de maudire une chose, je ne la laisserais pas dans ma maison »20.

Les mauvaises invocations contre les enfants :

Parmi les autres pratiques reprehensibles en vogue chez certaines meres, il y a cette tendance a proferer constamment de mauvaises invocations contre leurs enfants pour des raisons futiles. Et pourtant, combien parmi elles se voient tristement exaucees, a force d' avoir appele la mort ou la maladie contre leur fus, et sont runsi condamnees a subir ces douloureuses epreuves Ie creur serre, epreuves qu'elles font egalement subir a leurs enfants.

Cela s'explique par Ie statut particulier qu'Allah a accorde a l'invocation de la mere. Abu Houreira (~) rapporte que Ie

18 Hilyatoul Awliya de AbU Nouaim (3/79).
19 Kitabou As-Sam! wa Adabou/ Lissane de Ibn Abi-Dounya (p 205).
20 Az-Zouhd de Ahmad (P308).

12

Prophete (:I) a elit: {( Trois invocations sont exaucees sans aucun doute : l'invocation de l'opprim~ I'invocation du vqyageur et I'invocation des deuxparents contre leurfils )) 21.

C'est pourquoi Ie Prophete (:I) a strictement interelit aux croyants de faire des invocations contre leurs enfants: « Ne faites pas d'invocations contre vous-memes, ne faites pas d'invocations contre vos enfants, ne fazIes pas d'invocations contre vos nchesses, vous pouniez tomber it une heure ou lorsqu'on demande it Allah, II vous exauce )}2.

L'histoire de Jouraih Al-Abid evoquee dans la biographie du Prophete (:I) est une leyon a ce sujet puisqu' Allah a exauce l'invocation que sa mere avait faite contre lui alors qu'dle etait en colere: en effet, elle l'appelait et il ne repondait pas, parce qu'il etait occupe par des actes d'adoration. Lorsqu'il se mit a prier et abandonner sa mere, elle pria : « 6 Allah, ne lui ate pas la vie avant qu'il n'ait regarde les faces des prostituees I »23 Allah exauya son invocation et les Fils d'Israell'accuserent d'adultere.

Ecoutons aussi Ie triste recit de cette femme qui raconte ce qui est arrive a son Frere a cause de l'invocation que sa mere a faite contre lui : « Mon Jeune frere se tenait sur Ie seud de la porte de la maison et portatl ma pettie sa:ur dans ses bras, mats elle tomba de ses mains et commenfa it saigner. Quelques instants apres, ma mere aniva, alertee par les ens j lorsqu 'elle vit cela, elle s'eriflamma de colere contre mon

frere et eleva ses mains vers Ie cielpour invoquer Allah contre lui. Son ca:ur etatl brfllant, et elle esperaitpeut-etre que cela calmerad son COUfTOUX. Or, d ce momentjustement, un cortege funebre faisait entrer une depouille dans la mosquee qui se trouvait devant chez elle; il etait onze heures du matin.

21 Rapporte par AbU Dawud (1536) et At-Tirmidzl (1905)
22 Rapporte par Mouslim (3009).
23 Resume de Sahih Mouslim par Al Moundziri (1755).

Elle ne trouva lien de mieux que de demander d Allah de luifaire voir son fils mort etporte comme cette depouille. Le jour suivanlj d la meme heure,

monfrere itait mort etpret d me emporti dans la meme mosquee ! ))

Craignez donc Allah, 6 meres qui etes si tendres envers vos enfants, et ne vous empressez pas de fake de mauvaises invocations contre eux, priant gu'ils soient perces par des fleches ou des lances. Sinon, vous vous condamnerez vousmemes aux soucis et it l'angoisse, mais vos regrets ne vous seront plus d'aucune utilite.

La mere douee de raison est celle qui sait evaluer correctement la situation et en tirer les consequences, prend en consideration l'ignorance de ses enfants et leur jeunesse, ferme les yeux sur leurs erreurs et habitue sa langue it prier pour leur bonheur et leur bien, meme en cas de colere, comme Ie font les croyants: (Seigneur, donne-nous, en nos epouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux ) 24

Nos pieux predecesseurs accordaient une grande importance aux invocations, si bien qu'ils emmenaient leurs enfants chez Ie Prophete afin qu'il implorat Allah en leur faveur.

Anas (~) rapporte: «Ma mere alia voir Ie Prophete (~) et illt: «() Messager d'Allah (;\i)! Anas est ton domestique, invoque Allah en sa faveur ! » II illt : « 6 Allah, accrois safortune et Ie nombre de ses efifcmts etfais prospirer tout ce que T u lui auras donne. )) 25 11 demanda trois choses pour moi et ses prieres ont ete

24 Al Furqane : 74. 25 Al Boukhari (5994)

14

exaucees : j'ai enterre cent trois enfants, mes arbres produisent des fruits deux fois par an, et j'ai eu une si longue vie que j'ai honte des gens. » 26.

Amr ibn Houraits rapporte: « Ma mere m'emmena chez Ie Prophete (~); ce derruer caressa rna tete et invoqua Allah de m'accorder la richesse.

Abu Houreira (~) rapporte: « Je dis au Prophete « Invoque Allah pour moi et pour rna mere. » n repondit : {( 6

Allah, fai.r que ton serviteurAbU Houreira et sa mere soient aimes par les gens.)) 28 .

Fait partie de I'invocation en leur faveur, Ie fait de veiller a leur faire des Rouqya 29 legales afin qu'ils ne soient pas atteints par Ie mauvais reil et autres maux occultes, comme nous l' a enseigne Ie Prophete qui faisait Ia Rouqya sur Al Hassan et AI Hussein avec cette invocation: « Je cherche protection aupds des Paroles Paifaites d'Allah contre tout demon et etre venimel.tX et contre tout

'j tf 30

(£t ne; aste.)) .

Prenons exemple sur Yahya ibn Maine, l'un des contemporains de I'imam Ahmad ibn Hanbal qui dit : « Lorsque je rentrais chez moi la nuit, je lisais Ie verset du Trone sur rna maison et rna famille dnq fois. Un jour, alors que j'etais en ttain de lire, quelque chose s'adressa a moi : « Combien de fois lis-tu cela? On dirait qu'il n'y a personne qui lit mieux en dehors de toi ? » J e repondis: « J e vois que cela t' offense! J e jure par

26 Fadloul Liihis Samad, Al Adaboul Moufrad de l'imam Al Boukhari 211 07.
27 Al Adaboul Moufrad de l'imam AI Boukhari 2/89.
28 Al Adaboul Moufrad de l'imam Al Boukhari 11109.
29 11 s'agit des exorcimes a l'aide de versets du Qur'an et dfinvocations
prophetiques authentiques.
30 Al Boukhari (3371).

15

Allah, je vais t'en rajouter. » A partir de ce jour je me mis a. Ie reciter cinquante fois par jour. »31.

Le fait de se railler des enfants et de leur donner des sobriquets qui leur sont nefastes :

Autre pratique tres repandue de nos jours, Ie fait d'attribuer aux enfants des sobriquets ne£astes. Les parents se trouvent en general dans I'une ou l'autre de ces positions: -soit ils attribuent eux-mcmes ces sobriquets a. leurs enfants. -soit ils acceptent que d'autres Ie fassent, sans se soucier de l'impact negatif que cela peut avoir sur leurs enfants, d'un point de vue psychologique. Or ces effets negatifs sont bien reels, citons quelques exemples: -honte et manque de confiance en soi devant les autres. -mepris de I'enfant devant ses pairs. -developpement de la haine et de la rancune entre les enfants. -habitude de prononcer et d'entendre des propos inconvenants. Cela fait partie des comportements qu' Allah a interdits : (6 vous qui avez eru ! Qu'un groupe ne se raille pas d'un autre groupe: eeux-ci sont peut-etre meilleurs qu'eux. ) 32

Ad-Dahhaq (~) a dit: Ce verset est descendu sur nous (c'est-a.-dire) sur les Banu Salama: (Et ne vous laneez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). ) 33

II explique : « Le Prophete (~) est venu nous trouver alors que chaque homme parmi nous avait deux ou trois noms. Quand Ie Prophete (~) disait «6 untel », iis disaient: «6

31 Siyarou A 'ldmin Noubalii 11/87.

32 Al Hujurat : 11. 33 Al Hujurat : 11.

16

Messager d'Allah, 11 se fache quand on I'appelle par ce nom ». C' est a cette occasion que Ie verset fut revele. »34

II y avait un homme qui avait un fIls plutot corpulent. II l'envoya un jour pour une commission, mais ceIui-d rentra tard sans l'avoir accomplie. Le pere Ie regarda et rut:

Son intelligence est celui d'un oiseau
Alors qu'il alaforme d'un chameau
Une ressemblance de toi qui m'a atteint
Etje n'ai pas de remplafantpour lui.
35

Un bedouin dit un jour a son fIls: « Tais-toi, fIls d'esclave ! » Le fIls repondit: Elle, (cette esclave) j'en jure par Allah, a plus d' excuse que t01 parce qu' elle n'a allaite qu'un homme libre ! »36

A force d'entendre son sobriquet, I'enfant prend l'habitude de se railler des autres. Nos pieux predecesseurs ont en effet interrut cet acte parce que c'est un peche qui susdte Ie chatiment d'Allah.

Abu Maissara a rut : « Si je voyais un homme en train de teter une chevre et que je me moquais de lui, j'aurais peur de devenir comme lui. »37

Ibrahim ibn Ad'ham a rut : « Parfois, je ressens quelque chose dans mon for interieur (a Ia vue de certains spectacles), mais la seule crainte de me voir eprouve par cela suffit a m'empecher d'en parler. »38

34 Awnoul Ma 'boud 13/302.
35 Tadzkiratoul Aba de Ibn Al Abidine (page 67).
36 Tadzkiratoul AM de Ibn Al Abidine (page 62).
37 Tadzkiratoul AM (page 62).
38 Dzammoul Bagui (page 86).

View Site in Mobile | Classic
Share by: